Réhabilitation, rénovation et préservation du site de Toumliline

A 5 kilomètres de la ville d’Azrou, au cœur d’une forêt de chênes verts, ce lieu dit de Toumliline accueille en 1952 la première confrérie catholique au Maroc. Venus de l’abbaye d’En-Calcat dans le Tarn, 15 moines bénédictins y mènent une vie de prière, de travail et d’austérité. Ils occupent un rôle fondamental auprès de la population locale, ils accueilleront les orphelins, soigneront les malades et ouvriront les portes de leur bibliothèque. Le prieuré sera un véritable espace d’ouverture en encourageant le dialogue entre les chrétiens et musulmans, mais aussi entre nationalistes marocains et français. Les rencontres internationales qui y seront organisées à partir de 1956 joueront un rôle de premier plan dans la définition d’un Maroc fraichement indépendant. Les bénédictins quitteront le monastère en 1968.

Actuellement, la Fondation Mémoires pour l’avenir propose d’ouvrir à nouveau le site de toumliline, actuellement abandonné, afin d’y promouvoir une dynamique locale, nationale et internationale, et d’y créer un centre international de rencontres interculturelles et inter-cultuelles, consacré au dialogue entre les peuples, selon une démarche pérenne et durable, intégrant des activités locales, nationales, régionales et internationales tournées vers les générations futures.

Il ne s’agit en aucun cas de créer un centre fermé, mais de construire un espace pluriel où chacun, curieux de passage ou résident, pourra, tout en participant à un projet collectif, y trouver une pierre pour la réalisation de son projet personnel.

Grace à l’appui financier du Service de Coopération et d’Action Culturelle de l’Ambassade de France , une étude de faisabilité du projet de réhabilitation, de rénovation et de préservation du site de Toumliline a été réalisée.

Actuellement, les études d’avant-projet sont en cours de finalisation par le cabinet d’architectes Oualalou&Choi, qui réalise ce travail bénévolement au profit de la FMA.